anetabartos2

photo : Aneta Bartos

Tu me manques comme l'eau manque à ma soif un de ces longs jours de canicule, quand Paris abattue de chaleur oscille comme un mirage entre mes paupières mi-closes, c'est toi encore que je vois, toi que je sens tout à côté de moi, ta main qui s'imisce entre mes cuisses et qui caresse ma peau brûlante, ta main que j'ai envie de serrer et de faire prisonnière - et j'imagine les combats, les conquêtes, les trophées, les cris de guerre, tout ce qui rend notre amour si uniquement puissant.

Tu me manques et j'ai tellement soif de toi, seule dans cet été si lourd, avec mon désir. Je me demande, frissonnante d'envie, ce que sera notre prochaine fois, car aucune jamais ne se ressemble malgré le nombre et les années au compteur, pour moi un exploit inégalé, inégalable, le même homme, le même amour, et cependant toujours autre, qui me bouleverse et me surprend de différence, de nouveauté, de ressources...

Toi qui permets la fusion de nos corps, toi que je ne cesse d'attendre même quand tu es là, toi sans qui l'Unité n'existerait qu'en tant que concept vide, toi qui me remplis de joie, de vie, d'être et de toi...Ô toi mon amour, viens , viens, viens !...